Plantes remarquables de ce début juillet

Lors des visites de ce début juillet, alors que Béné et moi faisions visiter le jardin, quelques plantes étonnantes ont particulièrement attiré l’attention des visiteurs.

Romneya coulteri exhibait haut et fier ses énormes fleurs de pavot blanc avec un pompon d’étamines jaune d’or. Un visiteur attentif nous a fait remarquer une petite frange de poils sur les marges des feuilles vert argenté, profondément découpées.

Romneya coulteri

Romneya coulteri, énormes fleurs de pavot blanc avec un pompon d’étamines jaune d’or

La floraison du pavot en arbre est à son apogée en ce début juillet et peut, semble-t-il, se renouveler jusqu’en septembre…  Les fleurs sont éphémères mais se renouvellent tous les jours.  J’ai lu qu’elles avaient un léger parfum mais je n’ai pas vérifié…
Chers visiteurs, avez-vous senti leur odeur de citron?…

Romneya coulteri, énormes fleurs de pavot blanc avec un pompon d’étamines jaune d’or

 

 

En tout cas, ces géants aux pétales froissés ne laissent pas indifférent ceux qui les découvrent pour la première fois!
Le port arbustif du Romneya coulteri lui vaut aussi le nom de « coquelicot en arbre » ou encore « pavot en arbre ».


Il paraît que la reprise est souvent capricieuse après une transplantation mais une fois installé, ce pavot peut devenir envahissant.  Nous nous en sommes aperçus lors d’une charrette en octobre dernier lorsque nous avons tenté de le maîtriser dans le jardin d’André Eve!  La souche, vigoureuse, s’étale sans limite par de puissant rhizomes souterrains pouvant atteindre plus de 1 mètre de longueur! Romneya coulteri a envahi tout le massif et même traversé le chemin engazonné pour aller voir le massif d’à côté!
Le jardin d’André Eve lui offre les conditions idéales: une situation abritée, en plein soleil, dans un sol profond, très drainant et sec.  Preuve qu’il s’y plaît : il culmine à près de 2 mètres de hauteur!
Le manque d’arrosage de ce printemps ne lui a pas posé de problème car il supporte la sécheresse. D’ailleurs, un sol pauvre et caillouteux lui convient à merveille. Il résiste jusqu’à -10/-15°C en sol sec.

L’Aesculus parviflora, Pavier blanc ou marronnier nain s’est également fait remarquer par sa spectaculaire floraison blanche, au sein d’un massif, près de la cabane!

Aesculus parviflora (Pavier blanc, marronnier nain)

Les très longues étamines donnent un aspect plumeux aux panicules de 20 à 30 cm.

Aesculus parviflora (Pavier blanc, marronnier nain)

L’arbuste doté de multiples troncs est plus large que haut. Ses grandes feuilles sont d’abord bronze puis vertes en été et jaunes en automne. Après la floraison, des petits marrons de 3 cm apparaîtront.

Aesculus parviflora (Pavier blanc, marronnier nain)

Facile à cultiver, le pavier blanc se plaît au soleil comme à l’ombre, en sol riche et pas trop sec. Véritable sujet d’ornement, il est idéal pour planter dans un petit jardin, en massif ou en isolé. Sa croissance est assez rapide et sa taille adulte est de 3 à 5 mètres.

Althaea cannabina, la guimauve à feuilles de cannabis ou à feuille de chanvre, est plus discret, léger et vaporeux. On le devine ici derrière le marronnier, dans le coin supérieur droit de la photo.

Aesculus parviflora (Pavier blanc, marronnier nain) et althaea cannabina

Cette plante dressée et ramifiée est bien moins spectaculaire mais attire néanmoins le regard des visiteurs par sa grâce et sa légèreté.  Dans le jardin privé d’André Eve, en plein soleil comme il se doit, elle atteint 2 mètres de haut!
De juin-juillet à août, elle offre de nombreuses fleurs rose brillant, solitaires, de 3 centimètres de diamètre.
Comme nous ne connaissions pas le nom de cette plante le samedi matin, nous avons lancé un appel à l’aide sur un groupe facebook dédié aux vivaces afin de l’identifier. Nous remercions d’ailleurs au passage David qui a pu nous renseigner le nom précis de cette plante en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire!

althaea cannabina dans le jardin privé d’André Eve

au centre, en second plan, de gauche à droite, althaea cannabina et marronnier nain.

On retrouve ces 3 plantes sur cette vue du jardin: les immenses pavots de Romneya coulteri, à gauche, et le marronnier nain, au centre avec le brouillard de l’althaea cannabina.
A droite, on remarque aussi des tiges dressées portant haut des panicules cuivrés: c’est un macleaya cordata.

Romneya coulteri, Aesculus parviflora, althaea cannabina et macleaya cordata

Macleaya cordata ou Bacconie cordée est une vivace rhizomateuse très haute (2,50m x 1m). Elle offre un magnifique feuillage lobé vert glauque et, l’été, un nuage de fleurs en épis plumeux de couleur crème à chamois très pâle qui virent au roux à l’automne.

Macleaya cordata ou Bacconie cordée

Macleaya cordata ou Bacconie cordée

Ces grandes panicules mellifères restent décoratives jusqu’en septembre.

Macleaya cordata

Elle se plaît au soleil, en sol ordinaire, frais et drainant.
Ses rejets peuvent se montrer envahissants, souvent loin de la souche, mais les drageons s’enlèvent paraît-il assez facilement en tirant sur la tige, elle reste donc contrôlable. Attention néanmoins car les tiges et les feuilles contiennent un latex orange toxique. 

On reconnaît encore le macleaya cordata ici, entre deux autres floraisons remarquées en ce mois de juillet: Strobilanthes pentstemonoides (rankanensis) et Phytolacca americana ou Raisin d’Amérique.

Strobilanthes pentstemonoides (rankanensis), maleaya cordata et Phytolacca americana (raisin d’Amérique)

 

Béné et moi ne connaissions pas le Strobilanthes pentstemonoides (rankanensis) et l’étiquette avait disparu dans la végétation dense de ce buisson tout fleuri. Un nouvel appel à l’aide sur facebook nous a permis de l’identifier rapidement (Merci Caroline qui a été la première a donner son nom!).

C’est donc une vivace généreuse, qui porte déjà en ce début juillet de belles fleurs tubulaires mauves. Je lis pourtant sur divers sites spécialisés qu’il ne devrait fleurir qu’en septembre-octobre… Le buisson atteint environ 1 m de hauteur, avec des feuilles ovales, finement dentées, d’un beau vert vif.
Elle se plaît à toute exposition et accepte très bien l’ombre sèche, mais préfère un sol riche et frais, à mi-ombre.

strobilanthes  pentstemonoides (rankanensis)

Vu par l’autre côté de cette même allée, on découvre l’étonnant raisin d’Amérique!

macleaya cordata et Phytolacca americana , raisin d’Amérique ou Teinturier

C’est une plante grande et vigoureuse pouvant atteindre 3 m! Elle n’est pas si haute chez André, environ 1,20m seulement.
On la remarque plutôt pour ses grappes dressées de fleurs blanchâtres, en juin, ou pour ses grappes de petites baies charnues, noires et juteuses retombant au fur et à mesure que les fruits mûrissent.

raisin d’Amérique, Teinturier

On l’appelle aussi Teinturier car le fruit fournit une teinture violette très appréciée pour les tissages. Les baies sont toxiques pour l’homme et la faune mais elles n’ont pas d’action toxique sur les oiseaux qui en sont friands.
La souche est imposante et les tiges robustes.
La plante est considérée comme invasive et il convient d’éviter la prolifération des graines dans le paradis d’André Eve en intervenant avant la formation des fruits ! D’autant plus que la plante est réputée pour concurrencer et éliminer la flore environnante (sauf la ronce et la fougère).  Il est donc déconseillé de planter du Raisin d’Amérique!

Notez le feuillage de l’heuchère qui répond parfaitement aux épis cuivrés de Macleaya cordata, avec entre les deux le Phytolacca americana ou Raisin d’Amérique

Décidément, André Eve n’hésitait pas à introduire dans son jardin de ces plantureux envahisseurs! On aurait pu s’en douter rien qu’à sa manière d’user de l’aegopodium podagraria variegatum (l’herbe aux goutteux) dans ses bordures!

Les deux suivantes sont plus sages…

Kitaibelia vitifolia  est une vivace buissonnante qui forme une imposante touffe de grandes feuilles palmées, vert sombre, pouvant atteindre entre 1,50 et 2,50 m, parsemée de fleurs de mauve, toutes blanches.
C’est encore une fois grâce aux passionnés de vivaces connectés sur facebook que nous avons pu identifier celle-ci très rapidement (merci Viviane!).

Les pétales des petites fleurs blanc pur laissent apercevoir, à la base, le calice vert. Les fleurs ne sont jamais nombreuses à la fois mais elles se succèdent sans cesse de juin à août.

Kitaibelia

Robuste et doté de grandes facultés d’adaptation, Kitaibelia vitifolia peut être planté en tout sol, à toutes expositions. 

Le clérodendron bungei est quant à lui un arbuste de 2m de haut dont les feuilles froissées ont une surprenante odeur de cacahuète.
Il fleurit sur le bois de l’année. Les fleurs en étoiles rose foncé sont réunies en corymbes arrondis qui exhalent un parfum délicieux attirant les insectes pollinisateurs. Elles éclosent de juillet à août.  Des fruits presque noirs non comestibles leur succèdent en automne. 

Dans le jardin d’André Eve, le clérodendron près de la serre est haut mais peu ramifié. Avons-nous pensé à le tailler court lors d’une charrette de fin d’hiver pour favoriser l’apparition de nouvelles tiges vigoureuses et bien fleuries dès la fin de l’été?
Le Clérodendron bungei est un arbuste drageonnant raisonnablement. On peut en profiter pour séparer les rejets au printemps et les offrir aux amis!
Il apprécie les terres profondes, humifères et bien drainées en situation chaude et ensoleillée, à l’abris du vent, mais il craint les excès de calcaire.
Il peut aussi parfois se ressemer et nous en avons trouvé un jeune plant bien loin de là, dans le massif de l’érable, en plein coeur du rosier ‘Mme Legras de Saint Germain’!
Il aurait pu trouver meilleur emplacement tout de même!

rosa ‘Mme Legras de Saint Germain’ et semis spontané de clerodendron bungei

Puisque André aimait tant les plantes rares et originales, en voici une petite dernière pour la route, ou plutôt une grande, le Silphium perfoliatum.

C’est une plante vraiment singulière qui porte à 3 m de hauteur ses fleurs jaune vif.
Les grandes feuilles, disposées par deux sont soudées à leur base autour d’une tige robuste qui a une étonnante forme carrée!
Ses dimensions impressionnantes ne manquent pas de la faire remarquer par les visiteurs, tandis que ses inflorescences jaunes qui éclosent sans arrêt de juillet à septembre font le bonheur d’une foule de papillons et d’insectes pollinisateurs!

Chaque saison au jardin d’André Eve a décidément ses multiples trésors et même quand les roses se font rares, il y a des choses à découvrir!
A bientôt,

Malorie pour l’Association des Amis d’André Eve

Publié dans Visites du Jardin | 3 commentaires

Le 8 et 9 juillet: accueil des visiteurs au jardin par Malo et Béné.

Ce 8 et 9 juillet, Malorie et moi, avions la mission d’accueillir les personnes désireuses de visiter le jardin. C’était une première pour nous deux. La floraison des roses était terminée. Heureusement, il restait pas mal de fleurs et végétaux à découvrir. Et puis, surtout, il restait l’ambiance unique de ce jardin avec ses petits sentiers et ses nombreuses courbes.

Malorie et moi avons été ravie de voir que tout le travail effectué par les bénévoles de l’association depuis bientôt deux ans porte vraiment ses fruits.

Les massifs retrouvent petit à petit l’aspect qu’André voulait leur donner.

Les vivaces forment à nouveau des masses bien définies où chacune a sa place.

Regardez les belles associations de vivaces de couleurs différentes.

Les phlomis jaunes apportent du graphisme à ce massif qui durera tout l’hiver si on ne coupe pas les fleurs.

Une belle heuchère pourpre mêlée aux graminées

Les petits sentiers sinueux….

C’est donc tout cet univers si particulier que nous avons fait découvrir aux visiteurs. Nous leur avons également expliqué ce que l’association avait fait depuis presque deux ans. Nous nous sommes senties soutenues par tous ces jardiniers.

Nous avons eu de vrais échanges avec tous ces passionnés. Nous avons parlé de leur jardin, de jardinage…

Nous avons été touchées d’accueillir une personne à mobilité réduite ainsi qu’une dame habitant la maison de retraite toute proche.

Nous avons encore plein de projets pour l’année prochaine: notamment faire installer un arrosage automatique de tout le jardin et du gazon. Revégétaliser le toit de la cabane. Identifier un maximum de rosiers et de vivaces et placer de jolies étiquettes comme le faisait André. Comme vous le voyez, la motivation est toujours bien là. Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir en adhérant à l’association et en venant nous aider dans la jardin.

Je terminerai en remerciant tous les visiteurs pour leur gentillesse et leur bienveillance.

rosa ‘Jardin de Valloires’

Rosa stella mirifica

Bénédicte.

Publié dans Visites du Jardin | 3 commentaires

Grand angle sur les visites du jardin en mai-juin 2017

L’Office du Tourisme de Pithiviers
Les toutes premières visites du jardin d’André ont commencé le 17 mai avec Zélia de l’Office du Tourisme de Pithiviers… qui en aura enchainées 3 autres le 31 mai puis les 14 et 28 juin.

Zélia entourée par des visiteurs très attentifs

La Ville de Paris
Quant à l’Association des Amis d’André Eve, c’est Jérôme et Patrice qui ont ouvert le bal le matin du 30 mai 2017 en recevant près d’une vingtaine de personnes s’occupant des jardins de la Ville de Paris.

Séance d’identification des rosiers :
Cet après-midi du 30 mai, Jérôme, Paul (et moi) avons identifié (ou tenté d’identifier) un certain nombre de rosiers afin de les étiqueter – la tâche n’a pas été aisée car certains rosiers ne sont pas suffisamment typés pour être identifiés à coup sûr, sans compter les semis spontanés ou les rosiers qui n’ont jamais été commercialisés ! D’autres séances seront nécessaires pour avancer sur ce chantier. L’observation du feuillage, des boutons floraux, des fleurs, des couleurs, l’allure générale du rosier, son parfum,… sont autant de critères à mettre en concordance avec les connaissances et la mémoire des uns et des autres.

Des mini-charrettes pour quoi faire ?
Des mini-charrettes « cosmétiques » programmées les après-midi des 31 mai, 6, 13, 22, 27 juin – précédant les jours des visites – étaient nécessaires pour nettoyer les fleurs fanées, arracher quelques mauvaises herbes, attacher les rameaux indisciplinés, tuteurer quelques rosiers ployant sous le poids des fleurs dans les massifs, voire pour arroser ici ou là et évacuer les déchets végétaux.

Celle du 22 a été annulée pour cause de canicule 😅  et celle du 27 juin sera probablement annulée faute de combattants 😟  A confirmer !

Le week-end des « Rendez-vous aux Jardins »
Le week-end de Pentecôte du 3 au 5 juin nous avons également fait, pour notre plus grande satisfaction, le plein de visiteurs avec près de 96 visiteurs répartis sur les 3 jours !!!
Je peux vous dire que l’enthousiasme des visiteurs, leurs exclamations, leurs mines réjouies, leurs questions sur l’entretien du jardin, leurs remarques sur la masse de travail que nécessite l’entretien de ce jardin font vraiment chaud au cœur.
Je tiens ici à le faire savoir à tous les bénévoles qui ont donné de leur temps et de leur sueur pour que nous puissions présenter un jardin digne de son créateur même si nous n’arrivons pas au niveau de finition d’André, notre maître.

Une de ces personnes ci-dessus – Monsieur Chaline Bertrand
sera en mesure de nous procurer des rondins de bouleau
qui nous permettront en automne de refaire les bordures des pergolas

Projet de labellisation du jardin
Le 6 juin, Arnaud et moi avons reçu ce matin-la une délégation  de 5 personnes chargées d’évaluer le jardin d’André dans la perspective d’une Labellisation du jardin notamment dans le cadre de la Route des Roses…

L’Association « Les Jardingues »
Le 10 juin, Didier Villoing jardinier bénévole dans notre Association mais aussi président « Des Jardingues » s’est chargé seul (Arnaud et moi-même étant souffrant ce jour-la) de faire visiter le jardin à une vingtaine des membres de son association.

Les responsables des Ets Javoy, spécialistes des plantes grimpantes étaient présents pour  répertorier, puis pour étiqueter une vingtaine de clématites;  seuls deux pieds n’ont pas été identifiés faute de fleurs.
Il a été évoqué un partenariat avec les Ets Javoy  sous une forme qui reste à définir avec eux : Dons de clématites pour compléter la collection, conseils sur l’entretien et bien sûr un peu de publicité en retour, notamment sur les plantes ou sous une autre forme.
Compte tenu du succès de cette visite proposée aux membres de son association, Didier a prévu une deuxième date – le 24 juin vers 10h00 – Il devrait avoir un groupe d’une quinzaine de personnes.

Association des Amis des Musées d’Orléans.
Le 15 juin vers 18h00, Arnaud et moi avons reçu 20 personnes, membres de cette Association qui nous ont paru fort intéressés.

Des amies venues de Belgique
Le 17 juin à 17h00, j’ai ouvert le jardin pour permettre à 2 bonnes amies de Bénédicte Louis en voyage dans la Région Centre de le visiter pour leur plus grand bonheur. Claire et Anne-Marie étaient accompagnés de Gérald… peut-être de nouveaux adhérents ?

Prochainement…
A l’heure où j’édite cet article – jeudi 22 juin – les visites vont se poursuivre, je parlais plus haut d’un groupe des membres « Des Jardingues » qui projetait une visite le 24 juin au matin. Elle sera suivie dans l’après midi à 14h30 et 16h00 par la venue de 35 à 40 personnes de la Société de Viroflay.

Le 28 juin à 10h00, l’Office du Tourisme de Pithiviers doit amener un groupe…
Zélia devrait enchainé deux autres visites les 12 et 26 juillet prochains qui restent à confirmer.

Le 1er juillet Didier & Arnaud vont recevoir 15 à 20 personnes du Comité jumelage Escrennes-Bucov.

Les 8 et 9 juillet, le jardin sera ouvert à la visite sous la houlette de nos deux super-jardinières Belges Béné et Malo. L’association attend les inscriptions qui doivent se confirmer dans les prochains jours.

Pour visiter le jardin, réservez vite vos places pour les prochaines visites guidées !

Réunion du Conseil d’Administration
Samedi 8 juillet en soirée, le Conseil d’Administration se réunira pour faire le point sur le travail et les activités des différents comités (projet, jardin, archives et communication) et pour échanger les réflexions communes.

Ensuite… ce sera la trêve estivale…

Bonne vacances à tous !

Patrick pour l’Association des Amis d’André Eve

Publié dans Visites du Jardin | 2 commentaires

Les Amis d’André Eve tiennent leur 1ère conférence

Le Château du Rivau en Touraine, vous connaissez ? C’est un lieu enchanteur où se mêlent les arts, les parfums et les belles histoires. On dit souvent des jardins qu’ils sont bénis des dieux. Ces jardins-là le sont aussi des bonnes fées et des êtres malicieux qui peuplent la nature. Ils ont parsemé les jardins d’attentions et trésors inattendus pour surprendre les visiteurs. Les 14 jardins aux noms évocateurs des contes et légendes du Moyen-Âge (le Chemin du Petit Poucet , le jardin des philtres d’amour, le jardin de la Princesse Raiponce…) accueillent plus de 450 variétés de roses parfumées, labellisées par le CCVS. C’est un lieu magique dont nous vous recommandons chaudement la visite.

Crédit photo: Château du Rivau

 

André Ève avait ce lieu particulièrement à cœur et une belle amitié le liait à Patricia Laigneau, sa créatrice.
C’est tout naturellement qu’il dédia au Château du Rivau l’une de ses obtentions : Un magnifique rosier liane, très généreux et florifère comme savent l’être les rosiers non remontants. Ses larges bouquets de roses simples, blanches, sont véritablement illuminés par les longues étamines fournies et dorées. Une fois la belle floraison passée, le spectacle n’est pas en reste grâce une fructification intéressante.

Crédit photo :Château du Rivau

L’Association est aujourd’hui très fière et particulièrement touchée de pouvoir tenir en ces lieux féeriques sa première conférence. Arnaud Parent, président de l’association, vous attend donc le 25 mai à 16h, pour une conférence hommage à André Eve.

Plus largement, se déroule en ce moment au Château du Rivau toute une saison de festivités autour de la Rose. Chaque week end et jour férié un évènement sera proposé selon une programmation riche et varié et ce, jusqu’au 2 juillet. A vos agendas !
Plus d’informations sur https://www.chateaudurivau.com/fr/

Crédit photo : Château du Rivau

Sandra pour les Amis d’André Eve

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Suivez le guide!

Partons ensemble faire le tour du jardin pour admirer plus en détail quelques jolis tableaux!
Non, pas par là!

Empruntons plutôt l’itinéraire bis, c’est-à-dire le passage pavé qui mène à la serre, pour ne surtout pas piétiner la pelouse récemment ressemée dans toute l’allée centrale du jardin… C’est le chemin qu’emprunteront tous les visiteurs de cet été.

D’ici, on aperçoit la belle pivoine rouge à l’entrée du jardin.

On débouche devant la serre, au pied du cornus controversa variegata où grimpe le très parfumé ‘Red Parfum’.

rosa ‘Red parfum’ dans le cornus variegata

On peut jeter un oeil vers le jardin…

Et déjà on voit de l’autre côté la grande pivoine arbustive aux larges fleurs!

Glissons ensuite vers la pergola derrière nous… On est ébloui par ce rosier joyeux et lumineux : ‘Fortune double Yellow’ grimpe sur la pergola derrière la serre.

rosa ‘Fortune double Yellow’

Le long de l’allée sous la pergola, quelques petites merveilles photographiées soit au matin, avant le nettoyage des massifs, soit en fin d’après-midi…

pergola de droite nettoyée

La lysimachia au superbe feuillage pourpre est très envahissante! Remarquez, le lierre le lui rend bien! Un duo très contrasté qu’il faut veiller à domestiquer!

Cet iris a une superbe couleur cuivrée!  Si j’avais pu vous mettre le parfum dans l’article, vous en seriez tombé amoureux! 

 

Levez les yeux vers le jardin!

Une scène toute simple sur laquelle nous nous sommes tous extasiés, rehaussée par quelques notes de jaune qui éveillent les tons pourpres…  Dame Nature a savamment dosé!

De l’autre côté, on aperçoit le massif de l’érable!

Pergola de droite nettoyée. L’albizzia n’avait pas encore été tronçonné sur cette photo…

Un hosta énorme voisine avec une très belle euphorbe panachée de crème… Seules deux tulipes viennent, en pointillé, égayer la scène.
Rouge et vert, les couleurs complémentaires, ça pétille!

Jaune chartreux et bleu intense, encore un contraste réussi!

Nous approchons maintenant de la cabane et on est cueilli par un parfum délicieux.

Ce rosier embaume!

Près de lui, le rosier ‘Aïcha’ (si je ne me trompe pas), est magnifique!

Mais on ne peut pas aller par là car la pelouse de l’allée centrale a été refaite! Alors rejoignons directement la seconde pergola… C’est par là!

Sur notre gauche, le rosier ‘Nutkana’ a lancé ses drageons partout dans le massif, à plusieurs mètres du pied!

rosa ‘Nutkana’

Bientôt, quand vous passerez sous les pergolas, ce sera un ciel de roses! Regardez donc tous ces boutons floraux!

sous la pergola de gauche…

En traversant la pergola on profite à tout instant d’une vue magique sur le jardin d’André Eve…

Tout au bout, l’hydrangea quercifolia marque la fin de la pergola.

fougères, géranium phaeum, heuchère, géranium encore… jolis jeux de feuillages.

persicaria bistorta ‘Superba’ et brunnera

On rejoint, la fameuse pivoine arbustive et ses énormes fleurs.
Je ne suis pas la seule à faire le tour, appareil photos en main, en fin de journée…

Quand deux photographes se rencontrent… 😉

(photo de Béné)

 

(photo de Béné)

Souvenez-vous, nous étions là tout à l’heure, de l’autre côté, près de la serre!

Et une vue sur le massif à l’entrée du jardin, avec sa belle pivoine rouge! On a donc fait le tour du jardin…

Fin de la visite messieurs dames! J’espère que ce petit tour vous aura plu!

Pour visiter le jardin en vrai, réservez vite vos places pour les prochaines visites guidées!
Via l’association, par mail à  contact@amisdandreeve.fr   ou par téléphone : 06 20 07 55 13
ou via l’office du tourisme de Pithiviers : 02.38.30.50.02 ou accueil@tourisme-pithiviers.fr

Malorie pour l’Association des Amis d’André Eve

Publié dans Non classé | 2 commentaires